Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » PDA version » Medjugorje Articles et Actualités » Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje » Les Évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - IX - Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Les Évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - IX

Les Eveques Ougandais et Medjugorje

Comme nous l'avons dit dans le Press Bulletin nr.65, du 8 au 15 mai 1997, trois évêques ougandais ont rendu visite au Sanctuaire de la Reine de la Paix à Medjugorje : Frederick Drandua, Déogratias Byabazaire et Joseph Oyanga. Dans ce précèdent numéro figurait intégralement l'homélie de Mgr Drandua et dans ce numéro-ci nous reportons les brèves déclarations de ces trois évêques.

MGR DÈOGRATIAS BYABAZAIRE, évêque de Hoima, ordonné prêtre en 1969 et évêque en 1990 : "J'ai passé une semaine à Medjugorje et je me suis rendu compte qu'il y a une atmosphère pleine de prière, de paix et d'amitié. J'ai rencontré beaucoup de personnes qui prient vraiment et cherchent la prière. Je me suis rendu au Krizevac et au Podbrdo. J'ai vu beaucoup de personnes prier. J'avais peur de monter, mais quand je suis arrivé au sommet je me suis vraiment senti heureux. Les deux collines ont été pour moi une belle expérience. J'ai beaucoup prié et j'ai vu beaucoup de personnes qui marchaient déchaussées et priaient. J'ai été profondément touché par la Messe du soir. L'église était pleine tous les soirs et beaucoup de personnes écoutaient la Messe dehors. Bien qu'ils ne comprenaient pas la langue tous étaient recueillis en prière. Toutefois le moment le plus beau de la prière du soir c'est l'adoration du Saint Sacrement de l'Autel. J'ai vu beaucoup de prêtres confesser et une multitude de croyants désireux de se confesser. J'ai assisté aussi aux apparitions. Je suis profondément convaincu que ça a été une vraie rencontre. En parlant avec les croyants, j'ai compris que c'était des personnes mûres et sincères.

En rentrant chez moi je dirais que les paroles de la Vierge sont simples et c'est avec la même simplicité qu'elle entre dans le coeur de ses enfants".

MGR FREDERICK DRANBUA, Evêque d'Arua, ordonné prêtre en 1970 et évêque en 1986 : "C'est vraiment une grande expérience pour moi, surtout en ce qui concerne la prière. Je ne peux pas dire que la Vierge n'apparaît pas. Les voyants continuent à le répéter depuis 15 ans et ils parlent toujours du même message, sans rien changer. Le message est simple : prier, jeûner, croire, se confesser, adorer. C'est justement pour cette raison qu'il doive s'agir d'événements surnaturels, parce qu'ils sont fidèles à un message. Les gens viennent et leur vie change. Beaucoup se confessent. En tant qu'évêque, ces dix dernières années je n'ai presque jamais confessé. Ces jours-ci j'ai confessé plus de 100 personnes. Je suis sûr que le Seigneur se sert de ce lieu pour la conversion des peuples. Quand je rentrerai chez moi je dirai de réciter le rosaire et je recommanderai aux prêtres de réserver un jour par semaine à l'adoration".

À l'occasion de leur visite à Medjugorje les trois évêques ougandais ont aussi rencontré Mgr Ratko Peric, l'évêque du lieu. Voici ce que Mgr Drandua a déclaré à propos de cette rencontre : "Mgr Peric m'a dit que pour lui Medjugorje n'est pas un problème, car les gens y prient. Le problème pour lui ce sont les Franciscains qui, à son avis, veulent être indépendants. Je lui ai dit : "Medjugorje parle constamment de paix. La Vierge invite à changer son propre coeur et à rechercher la paix du coeur. Vous ne pouvez pas dire que les Franciscains sont mauvais. Vous devez accepter le fait que vous aussi vous devez changer. Alors les Franciscains aussi changeront et la paix sera possible. Le message de paix se manifeste à l'intérieur de la paroisse et il vous a changé ainsi que les Franciscains. Ayez la force de vous humilier devant le Seigneur et de commencer à prier pour la paix. Je vous en prie, cher frère décidez-vous pour la paix. Appelez les Franciscains! Peut-être seulement quelques uns viendront. Tout ne peut se faire en un jour. Vous devez aller chez eux parce que vous êtes le berger. Dîtes-leur : "Chers fils, venez je vous en prie, venez." Si vous le faites, je suis sûr que vous réussirez". Et il a répondu : "J'essaierai!" Il m'a dit que les Franciscains n'acceptent ni le général ni Rome. Et moi je lui ai dit : "Non. Rome veut qu'il y ait la paix et vous ici vous devez vous y appliquer concrètement."

MGR JOSEPH OYANGA, évêque de Lira, prêtre déjà depuis 33 ans et évêque depuis 8 ans: "C'est un lieu de méditation et de prière. Toutes les personnes qui viennent ici expérimentent une communion. J'ai vu des gens venant d'Europe, d'Amérique, du Japon, d'Australie. Tous se sentent semblables et cela m'a profondément touché. Ici on prie vraiment. Je n'ai pas eu la possibilité de me rendre sur les collines mais j'étais très touché qu'une pèlerine m'apporte une pierre ramassée là-haut. L'adoration est une expérience spéciale, quelque chose d'unique. J'ai vu des gens jeûner. Dans la maison où je logeais les pèlerins ne mangeaient rien pour le dîner, seulement un peu de salade et de pain. C'est un esprit de pénitence, de sacrifice que je n'avais pas vu depuis longtemps. Cette expérience me donnera la force de parler de la Vierge aux gens. Il me semble ne pas lui avoir prêté dans le passé une attention suffisante. Elle est proche de nous. C'est le message principal de ce lieu".

Trois Évêques Ougandais à Medjugorje

Des évêques de diverses parties du monde continuent de venir au Sanctuaire de la Reine de la Paix à Medjugorje. Du 8 au 15 mai 1997 sont venus en visite trois évêques d'Ouganda : Frederick Drandua, Deogratias Byabazaire et Joseph Oyango. Ils ont dit qu'avant de partir ils avaient demandé au Nonce Apostolique d'Ouganda, Luis Robles Diaz ce qu'il pensait de ce voyage. Ce à quoi il avait répondu : " Le Pape ne parle pas publiquement de Medjugorje, mais il est favorable. Allez-y ! "

Ayant goûté à la spiritualité de Medjugorje ils ont décidé de célébrer la Messe du soir du 12 mai avec les pèlerins. A cette occasion l'un d'entre eux, Frederick Drandua, a prêché. Nous reportons intégralement son homélie très intéressante.

" Chers frères et soeurs!

Je suis très heureux ce soir de célébrer la Sainte Messe avec vous. Dans une de ses lettres Saint Paul demande à la communauté s'ils ont reçu l'Esprit Saint. Ce soir moi aussi je vous le demande : "Avez-vous reçu l'Esprit Saint?" Je vous le demande parce qu'en ce moment je suis en train de parler en anglais. Me comprenez vous quand je parle? Si vous dites oui, alors vous comprenez mon anglais et je vous garantis que vous avez l'Esprit Saint ! L'Esprit Saint n'a qu'une seule langue que tous nous pouvons comprendre. Vous vous demandez sûrement ce qu'est cette langue. Je vais vous le dire tout de suite : c'est la langue de la prière. Comprenez vous ce qu'est la prière? Dieu a sa propre langue. Il n'a pas d'autres langues que celle de la prière. Que vous priiez en croate, en ma langue maternelle, en anglais ou en n'importe quelle autre langue, c'est toujours la langue de la prière. Bref, nous sommes tous venus ici pour prier et nous avons l'Esprit Saint, l'esprit de la prière. Tous nous nous sommes réunis autour de l'autel pour prier. Nous parlons tous la même langue, tous nous nous comprenons les uns les autres parce qu'ensemble nous parlons à notre Père du Ciel. C'est merveilleux, non?

Je viens d'un pays lointain, l'Ouganda. Beaucoup d'entre vous ne savent probablement même pas où il se trouve, mais je suis venu ici pour prier, et je vous parle, et tous vous allez me comprendre. Je suis si heureux d'être venu ici à cette école de la prière. C'est notre chère Mère, la Sainte Vierge, qui l'a fondée. Elle a voulu que nous passions par cette école de prière. C'est intéressant qu'elle ait fondé cette école juste ici, en territoire croate. Du monde entier nous venons à cette école de prière. Ce qui se passe ici est important aussi pour vous les Croates qui vivez ici près de cette école. N'oubliez jamais que beaucoup d'enfants qui vivent près de l'école sont recalés. Je veux dire qu'ils prennent leurs devoirs trop à la légère en pensant qu'il n'est pas nécessaire d'étudier vu que l'école est si proche et qu'ils auront toujours du temps pour cela. Par contre ceux qui viennent de loin et qui doivent peut être s'établir près de l'école réussissent souvent mieux et obtiennent un diplôme.

Oserais-je vous dire que j'ai obtenu mon diplôme avant vous Le voyant Ivan, l'autre soir m'en a donné la confirmation. Il m'a dit que la Vierge était très heureuse que nous, évêques, soyons ici. Elle nous a béni ainsi que nos diocèses, disant qu'il y a un grand espoir pour nos diocèses. Je définis tout cela comme un diplôme ou un certificat que la Sainte Vierge m'a donné. Quelqu'un parmi vous a-t-il déjà reçu un tel certificat ? C'est la première fois que je viens à Medjugorje. Je dois me féliciter pour avoir été un bon élève, vu que j'ai déjà obtenu mon diplôme. Vous les Croates et vous chers pèlerins, avez-vous obtenu un tel diplôme ? Si non vous devriez travailler un peu plus !

Vous, pèlerins qui êtes venus de loin et qui êtes venus ici pour travailler dur, avez-vous reçu un quelconque certificat de votre école ? Si non, travaillez assez dur pour obtenir une attestation de présence prouvant qu'au moins vous avez fréquenté cette école. Tous ceux qui suivent les cours peuvent obtenir cette attestation, c'est-à-dire tous ceux qui viennent ici pour prier, qui grimpent les montagnes, qui écoutent les messages de la Sainte Vierge. Si vous êtes venus ici et n'avez pas au moins fait cela, j'ai bien peur que vous n'obtiendrez pas de certificat, même pas celui attestant votre présence aux cours. Etes vous sûrs que vous voulez retourner chez vous sans votre attestation de présence ? Je pense que ce serait vraiment dommage de ne pas recevoir cette attestation.

Aussi, vous les enfants qui vivez ici, je vous invite à rivaliser avec ceux qui viennent de loin pour montrer que vous aussi êtes de bons élèves, que vous assistez régulièrement aux cours de cette école de prière. Si vous ne le faites pas, ce sera la catastrophe. Ce serait une erreur de ne pas recevoir les grâces que Dieu donne dans cette école de prière et de grâce par celle qui a fondé cette école. Imaginez un peu si vous ne réussissiez pas vos examens ! Vous qui habitez ici vous devez travailler très dur pour passer les examens à l'école de notre Dame avec nous qui venons de loin !

Moi aussi, qui viens d'Ouganda je dois encore beaucoup travailler. Je dois partir maintenant et parler de cette école, l'école de la prière. C'est une école pour tous les chrétiens. Ceux qui désirent vivre leur christianisme doivent s'inscrire à cette école de prière. On y découvre l'amour d'une mère pour ses enfants. Cet amour est grand et une mère ne donne jamais de mauvaises choses à ses enfants. Rappelez-vous ces mots de Jésus : "Quand un enfant vous demande du pain, lui donnerez-vous une pierre? Ou s'il demande un poisson lui donnerez vous un serpent ?" Et Jésus d'ajouter d'une manière très sarcastique : "si vous qui êtes pécheurs savez choisir des cadeaux pour vos enfants, quel genre de cadeaux pensez-vous que le Seigneur lui-même donnera ?" Nous pouvons imaginer quel genre de cadeaux la Sainte Vierge peut nous offrir, elle qui a fondé cette école.

Je vous demande de trouver encore beaucoup d'autres élèves qui désirent s'instruire à cette école de la Vierge, de retour chez vous. Quand je rentrerai chez moi je sais que beaucoup de chrétiens et de prêtres viendront me voir. Ils me demanderont ce que j'ai de bon à leur dire et à leur offrir. Je leur dirai qu'ici ils peuvent obtenir deux bonnes choses. Ils peuvent en choisir l'une ou l'autre ou les deux ensemble. Savez-vous ce que sont ces deux choses auxquelles je pense? La première et la plus importante, c'est la prière. La seconde c'est l'amitié du peuple croate, leur hospitalité. Moi je prendrais les deux : la prière et l'hospitalité. Il se peut que quelqu'un vienne ici seulement pour prier ou seulement pour l'hospitalité, pour le divertissement. Chers pèlerins je vous demande de prendre les deux à la fois, et pas seulement l'une ou l'autre.

Je vous remercie paroissiens croates pour votre amitié et votre hospitalité, mais aussi pour votre prière. Vous vous êtes donné de la peine pour que nous soyons heureux de prendre les deux. Vous nous invitez constamment à venir ici de loin, afin que tous puissent aboutir à cette école de prière et obtenir un diplôme.

Si quelqu'un n'arrive pas à obtenir le diplôme, je l'invite au moins à postuler à une attestation de présence à cette école. L'important n'est pas de vivre ici ou de venir de loin. Je vous souhaite de recevoir les abondantes bénédictions de Dieu et de la Sainte Vierge.

Proposition de l'Archeveque Frane Franic

Les événements de la paroisse de Medjugorje sont entrés par tous les " pores " dans la vie de l'Eglise. Frane Franic, l'Archevêque de Split (actuellement en retraite), défavorable au début mais qui après une visite fut convaincu de tout son coeur de ce qui s'y passait et a commencé à le propager, fut une des plus éminentes personnalités du Concile Vatican II. Avec 500 autres évêques il s'est engagé pour la condamnation de l'athéisme marxiste. Le Concile n'a pas prononcé de condamnation ouverte mais s'est limité à une présentation positive de la doctrine chrétienne. Son engagement a été un acte de grand courage personnel puisqu'il venait de Croatie, alors occupée par la Yougoslavie communiste. Au terme de la séance dans sa constitution pastorale "l'Eglise dans le monde contemporain", le Concile a déclaré au paragraphe 21, en le condamnant, que l'athéisme marxiste est la forme d'athéisme la plus radicale qui se soit jamais manifestée dans l'histoire de l'humanité.

Pour tous ses mérites il lui a été conféré un prix par la paroisse de la zone de Split-Dalmatie pour les oeuvres accomplies. A cette occasion, le quotidien croate "Slobodna Dalmacija" a publié un grand discours intitulé "Le Communisme détruit tout ce qui est bon" (19 avril 1997). On y trouve : "Bien qu'il ait reçu un prix pour ses oeuvres, ses idées attirent encore aujourd'hui assez l'attention de l'opinion publique civile et ecclésiastique. Une des propositions est que notre Eglise célèbre aussi la solennité de l'Année Sainte (Jubilé de l'an 2000) en l'organisant dans le Sanctuaire de la Reine de la Paix à Medjugorje". Sa réponse fut : "Oui. J'ai écrit dans "Eglise dans le monde" (revue théologique croate) qu'en 2001 nos évêques, avec l'approbation du Saint Siège et l'avis favorable du Pape Jean Paul II, pourraient organiser une cérémonie d'action de grâce à la Vierge de Medjugorje pour tous les dons que nous avons reçu, et d'une manière particulière pour le don de la liberté qui ne peut être que l'oeuvre de Dieu par l'intercession de la Vierge".

Les évêques croates n'ont pas encore répondu publiquement à cette proposition. Ce serait sûrement un grand événement non seulement pour l'Eglise croate mais pour toute l'Eglise.

Les Eveques Moged Elhachem et Franck Hillary a Medjugorje

Le Pape Jean Paul II dans son voyage à Sarajevo, ville qui jusqu'à l'occupation turque de 1463 s'appelait du nom croate Vrhbosna, a été accompagné de 11 hauts fonctionnaires accrédités auprès du Saint Siège, journalistes du Vatican, représentants de la Secrétairie d'Etat et des évêques Moged Elhachem et Franck Hillary. Cette délégation composée d'une trentaine de personnes, s'est également rendu en visite, pendant le voyage, au sanctuaire de la Reine de la Paix à Medjugorje.

La Sainte Messe a été célébrée par l'évêque Moged Elhachem qui a prêché. Au cours de son homélie il a dit qu'ils étaient tous venus à Sarajevo pour encourager le Saint Père et pour donner par leur prière une modeste contribution pour la paix à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine et dans ces territoires.

Après la célébration de la Sainte Messe, Fra Ivan Bradvica les a conduit sur la colline des apparitions. Là ils ont prié tous ensemble et ont parlé des événements de la paroisse de Medjugorje.

Au moment du départ l'évêque Elhachem a dit qu'il était venu pour prier pour la paix dans sa patrie tourmentée, le Liban. L'évêque Franck Hillary de New York a dit que c'était sa deuxième visite à Medjugorje et qu'il s'y rend toujours avec plaisir, car il sent la présence de la Vierge dans son existence et dans son oeuvre. L'ambassadeur croate auprès du Saint Siège, Mr Ivo Livljanic a déclaré que dans ces derniers temps c'est déjà un grand miracle qu'autant de personnes viennent prier à Medjugorje. Il a ajouté que les ambassadeurs ont été les principaux partisans et promoteurs des voyages à Medjugorje.

La Visite de L'Eveque Militaire Allemand, Avril 1997

Ces derniers jours est venu à Medjugorje un évêque militaire allemand. C'est Mgr Johanes Dyba, évêque de la ville de Fulda. Il a rendu visite aux détachements allemands du SFOR qui se trouvent en Bosnie-Herzégovine. " Je ne pouvais pas ne pas venir à Medjugorje " a déclaré Mgr Dyba, qui a visité le sanctuaire de Notre Dame de la Paix avec un groupe d'officiers et de soldats allemands. Après la visite du sanctuaire il s'est entretenu longuement et cordialement avec les franciscains de Medjugorje qui l'ont mis au courant des événements liés aux apparitions de la Vierge dans cette paroisse.

 

 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]