Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » PDA version » Medjugorje Articles et Actualités » Les évêques à Medjugorje et au sujet de Medjugorje en 2002

Les évêques à Medjugorje et au sujet de Medjugorje en 2002

Other languages: English, Français, Hrvatski, Italiano

Mars 2002

Mgr Nguyen Quang Tuyen, évêque de Bac Ninh (Vietnam)

Du 16 au 18 mars 2002, Mgr Nguyen Quang Tuyen, évêque du diocèse de Bac Ninh au Vietnam, s'est rendu en visite privée à Medjugorje accompagné de son secrétaire et de Mgr Nguyen Chan Hung, Administrateur de Hai Phong. Après leur visite régulière Ad Limina auprès du Saint Père, ils se sont rendus à Lourdes et à Fatima. Ils sont venus à Medjugorje parce qu’ils sont convaincus que la Vierge apparaît ici.

Mgr Nguyen Quang Tuyen : « Au Vietnam, les gens savent peu de choses au sujet de Medjugorje, mais les prêtres et les évêques savent beaucoup, parce qu’ils ont lu des livres. En venant en Europe, à Rome, nous avons décidé de visiter des lieux où la Vierge est apparue, comme Fatima, Lourdes et Medjugorje. Nous avons voulu venir en ce lieu où la Vierge appelle à la conversion et spécialement à la prière du rosaire. Au retour au Vietnam, nous parlerons de son appel à la conversion, spécialement de son appel à adorer le Très Saint Sacrement et de la prière pour la paix. »

Mai 2002

Mgr Silas S. NJIRU, évêque de Meru (Kenya)

Mgr Silas S. Njiru, évêque de Meru en Kenya, s’est rendu en visite privée à Medjugorje du 6 au 10 mai 2002.

Mgr Silas S. Njiru : « Medjugorje est vraiment mondialement connu. Partout où je vais, que ce soit dans mon pays, aux USA ou en Europe, on parle de Medjugorje ! Je suis ici parce que je vénère la Bienheureuse Vierge Marie. Je suis profondément frappé par la foi des gens à l’église. C’est une foi ferme. Je vois beaucoup de jeunes gens. Je vois aussi un grand nombre de personnes s’approchant de la Confession et recherchant la réconciliation avec Dieu. De nos jours, c’est un vrai miracle. Des gens m’ont dit que pendant des années ils n’allaient pas à l’église, et depuis qu’ils ont été à Medjugorje, ils vont régulièrement à la messe. Pour moi, c’est un vrai miracle.

Celui qui est venu ici ne peut pas se taire.

Ce qui se passe ici dépasse les seules apparitions. Chez moi en Afrique il y a des gens qui ont des apparitions. Elles sont possibles et présentes. Je me pose une question : si Dieu permet des apparitions, pourquoi sinon pour approfondir notre foi, pour que nous soyons convertis ? Je suis heureux s’il y a des apparitions, mais il faut aller plus loin. Notre foi doit être renouvelée, car si cela n’a pas lieu, tout cela n’a pas de sens. Si la foi grandit, alors c’est bien. »

Juillet 2002

Mgr. Julio OJEDA PASCUAL, ofm, évêque de San Ramon (Pérou)

Mgr Ojeda Pascual Julio, ofm, évêque de San Ramon au Pérou, s’est rendu en pèlerinage privé à Medjugorje du 4 au 6 juillet 2002.

Mgr Julio OJEDA PASCUAL, ofm: « Je suis heureux et touché d’avoir pu venir dans ce pays. J’ai entendu parler pour la première fois des apparitions de Medjugorje par le père Gérard et par d’autres prêtres franciscains qui vivent au Pérou. Pour moi, ce n’était qu’un mot étrange de plus et j’étais sceptique, mais ce sont les conversions que j’ai vues qui m’ont le plus impressionné. Je suis arrivé grâce aux franciscains de Zagreb qui m’ont invité. L’occasion de venir à Medjugorje s’est présentée, et je suis venu. Je vois que beaucoup de monde vient ici ; ce sont des gens qui veulent s’approcher de Jésus par Marie. Rendons grâce à Dieu de nous avoir donné Marie que nous vénérons comme Mère de Dieu qui nous conduit toujours à Jésus.

La nature est très belle ici, la végétation et les montagnes. Il y a beaucoup de roches : c’est une inspiration pour une expérience spirituelle. C’est comme l’image d’un homme pécheur qui est peut-être dur comme une pierre de laquelle doit germer la végétation avec l’aide de la grâce de Dieu.

Je crois à la grâce de la prière sur le chemin spirituel de l’homme vers Dieu. Ces pèlerinages peuvent obtenir la grâce qu’il y ait plus d’ouvriers dans la moisson de Dieu. La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux. Il y a beaucoup d’endroits où les uns viennent poussés par la foi, et les autres poussés par la curiosité. Au lieu de satisfaire leur curiosité, ils trouvent autre chose. Ils trouvent un exemple. Ici, il y a beaucoup de conversions qui peuvent conduire aux vocations spirituelles : vocations sacerdotales, vocations religieuses ou vocations de laïques engagés.

De retour chez moi, je dirai ce que j’ai vu et expérimenté : que les gens viennent vraiment pour des motivations de pèlerinage. L’atmosphère est celle d’un lieu de pèlerinage, l’ordre et la prière y règnent. Je ne vois rien de négatif. Je suis positivement impressionné. Nous avons vu des gens prier dans un grand recueillement. L’ambiance est bonne.

Que la Mère de Dieu soit toujours avec nous, non seulement pour les jours exceptionnels de pèlerinage ! Aussi dans la vie quotidienne, soyons fidèles à ce vers quoi la Mère de Dieu nous guide. »

Mgr Gerard Anton ZERDIN, ofm, évêque coadjuteur de San Ramon (Pérou)

Mgr Gerard Anton ZERDIN, ofm, missionnaire et évêque coadjuteur de San Ramon au Pérou, s’est rendu en pèlerinage privé à Medjugorje du 4 au 6 juillet 2002. Mgr Zerdin est membre de la Province Franciscaine des Ss Cyrille et Méthode avec le siège à Zagreb (Croatie).

Mgr Gerard Anton ZERDIN, ofm: « Nous avons découvert les événements de Medjugorje à travers les journaux, nous avons été visités par des gens qui nous ont montré des publications ; nous avons surtout été touchés par le désir des gens de s’approcher de Dieu, de profiter de chaque occasion pour s’approcher de Dieu. Ils ont vu que la porte vers Dieu était ouverte et ils se sont approchés cherchant la grâce, dans le désir de transformer leur vie. C’est une grande valeur. C’est aussi ce que nous voulons : être toujours plus proches de Dieu à travers les sacrements : être transformés, devenir meilleurs, devenir davantage chrétiens.

Nous sommes venus pour voir un peu, mais plus encore pour expérimenter. Hier, nous étions à la Messe, aujourd’hui nous sommes allés sur la colline pour méditer sur notre vocation, sur notre travail missionnaire. Nous y sommes allés pour demander à Dieu et à la Vierge de nous envoyer des missionnaires, les moissonneurs dont nous avons besoin, pour que la Parole de Dieu puisse se diffuser jusqu’au bout du monde. »

Août 2002

Mgr Jean-Vincent Ondo, évêque d’Oyem (Gabon)

Mgr Jean-Vincent Ondo, évêque du diocèse d’Oyem au Gabon en Afrique s’est rendu à Medjugorje en visite privée au cours de la 13e Rencontre internationale des jeunes.

Mgr Jean-Vincent Ondo : « Lorsque je suis venu à Medjugorje pour la première fois, alors que je n’étais pas encore évêque, je suis venu avec une famille. Aujourd’hui, je suis à nouveau ici avec une famille. C’est une visite tout à fait privée. Nous sommes venus ici parce que nous voulons prier et vivre ce que la Gospa nous dit. Ce qui se passe ici se passe aussi dans nos diocèses : rosaire, adoration, prière… Ce qui est particulièrement beau, c’est le grand nombre de personnes qui viennent ici, alors que dans nos diocèses nous avons des groupes moins grands.

A propos des apparitions et de la présence de la Gospa, je dirais qu’il est difficile de donner une opinion précise après seulement quelques jours passés ici. Je n’ai pas tous les éléments nécessaires pour le discernement. Ce que je peux dire, c’est que quelque chose se passe vraiment ici. J’ai eu la grâce de rencontrer la voyante Marija et d’être présent pendant sa prière. Il se passe quelque chose qui dépasse mon intelligence. L’intelligence analytique veut toujours tout expliquer, mais je pense que, tout simplement, il faut s’émerveiller de tout ce qui se passe. La Vierge nous lance ici un défi. A ceux qui doutent, elle donnera peut-être avec le temps un peu plus de lumière.

Notre venue ici est orientée vers la foi et non vers la quête de quelque chose d’extraordinaire. Je suis enthousiasmé quand je vois des chrétiens venant de tous côtés parlant le même langage – le langage de la prière.

Ce n’est pas la première expérience de ce type pour le monde. Il y a eu des apparitions à Lourdes et à Fatima. Maintenant on parle de Medjugorje. Si cette expérience a existé dans le passé, elle peut exister dans le présent et dans l’avenir.

Marie se révèle ici comme Reine de la Paix. Dieu seul sait combien de coeurs sont troublés. Nous languissons après cette paix qui vient de Dieu seul. J’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux pèlerins. J’ai senti quelles déchirures ils vivent dans leurs cœurs. Ils sont venus pour confier leurs souffrances à Marie dans l’espoir de trouver la paix intérieure. Je crois bien que ceux qui viennent ne sont pas des touristes, mais viennent dans l’espoir de trouver la paix en Marie.

Ici, il n’y a rien d’autre que ce que nous pouvons voir et expérimenter dans nos diocèses. Ce que je peux constater, c’est que les jeunes, dans leurs paroisses, ressentent trop de tiédeur. Lorsqu’ils viennent à ce type de rencontres, ils découvrent l’Eglise vivante, chaleureuse, éveillée ; ils sont heureux et joyeux d’être ensemble. Je crois qu’il faut faire attention à vraiment accueillir ces jeunes, ces enfants, en sorte que ceux qui ont fait une expérience ici ne restent pas seulement au niveau de sentiments forts, mais que ce soit une forte expérience de la foi qui les aidera à continuer à grandir dans la foi lorsqu’ils auront quitté Medjugorje. »

Octobre 2002

Mgr John Ward, franciscain capucin, évêque à la retraite de Cardiff/Wales (Grande Bretagne)

Mgr John Ward, franciscain capucin, évêque à la retraite de Cardiff/Wales, s'est rendu à Medjugorje du 1er au 6 octobre 2002 avec un groupe de pèlerins de Grande Bretagne. Le 3 octobre, il s’est joint aux frères franciscains dans la liturgie du Transitus de St François.

Mgr John Ward a passé la plupart de son temps au confessionnal.

Mgr George Hamilton Pearce, archevêque des Iles Fiji à la retraite

Mgr George Pearce, archevêque émérite des Iles Fiji, s’est rendu en pèlerinage privé à Medjugorje fin septembre et début octobre 2002. Il est venu avec un groupe de pèlerins américains. Il a déjà été a Medjugorje dans les années 80 et 90. Il croit aux apparitions et à l’authenticité des messages de la Gospa. Mgr Pierce est religieux, membre de la congrégation des Maristes – de la Société de Marie. Depuis qu’il a quitté le service épiscopal actif, il vit et travaille dans le diocèse de Providence, Rhode Island, USA, où il anime un groupe de prière marial à la cathédrale.

Mgr George Hamilton Pearce: « Je ne doute pas de l’authenticité de Medjugorje. Je suis déjà venu ici à trois reprises et je dis aux prêtres qui veulent savoir mon avis : allez-y, asseyez-vous simplement dans un confessionnal et vous verrez miracle après miracle… par l’intercession de Marie et la puissance de Dieu. Il nous a été dit : "Vous les reconnaîtrez à leurs fruits." Le cœur et l’âme du message de Medjugorje sont certainement l’Eucharistie et le sacrement de la réconciliation.

Je ne doute aucunement que c’est une œuvre de Dieu. Comme je l’ai dit : tu ne peux pas ne pas croire après avoir passé un peu de temps dans un confessionnal. Les signes et les miracles aussi sont des dons de la miséricorde de Dieu, mais pour un prêtre le plus grand de tous les miracles est de voir des gens autour de l’autel de Dieu. Je me suis rendu dans de nombreux sanctuaires, j’ai passé assez de temps à Guadeloupe, je suis allé huit fois à Fatima et à Lourdes. C’est la même Marie, le même message, mais ici à Medjugorje c’est la parole du jour de Notre Dame pour le monde. Il y a tant d’angoisse et de souffrance dans le monde. Notre Dame est avec nous tout le temps, mais de manière spéciale ici à Medjugorje. »

Nous connaissons de nombreuses remarques du Pape Jean Paul II, pleines d’humour. Quelqu’un lui avait posé la question de savoir pourquoi il ne s’était pas encore rendu à Medjugorje, et il aurait répondu : « Parce que ce n’est pas encore reconnu ! » Mirjana nous a cité ce matin les paroles que le pape lui a adressées personnellement : si je n’étais pas le pape, je serai déjà allé à Medjugorje !

Nous avons un groupe de prière dans la cathédrale de la ville de Providence, où je vis maintenant. On nous appelle "Le petit St Jacques". Le groupe se retrouve chaque soir pour l’adoration du Saint Sacrement, la bénédiction et la messe.

Je dirai à tous : venez ici avec l’esprit ouvert, dans la prière, confiez votre voyage à la Vierge. Venez simplement, et le Seigneur fera tout le reste. »

Mgr Pearse Lacey, évêque à la retraite de Toronto (Canada)

Mgr Pearse Lacey, évêque émérite de Toronto, Canada (85 ans), s’est rendu en visite privée à Medjugorje du 12 au 19 octobre 2002, avec un groupe de pèlerins canadiens. Il a déjà été à Medjugorje en 1987. Le 13 octobre (le jour de Notre Dame de Fatima, comme lui-même l’a souligné), il a présidé la Messe pour les pèlerins anglophones, Messe concélébrée par une vingtaine de prêtres. Dès son entrée à la sacristie, sa première question fut : « Est-ce que la Gospa apparaît encore ? » Mgr Lacey considère que Medjugorje est une continuation de Fatima.

Mgr Pearse Lacey : « Je me suis rendu à Medjugorje en 1987. A l’époque, tout était beaucoup plus primitif qu’aujourd’hui, mais l’esprit est toujours ici et l’imminence de la Vierge est omniprésente. Partout, on peut sentir la magnifique grâce de Dieu à l’œuvre dans la vie des personnes. J’ai rencontré des personnes qui sont venues à cause de la drogue, de l’alcool, j’ai rencontré des gens vivant des situations tragiques, mais j’ai aussi rencontré la manière magnifique dont Dieu se révèle et se manifeste. Un prêtre m’a dit qu’il était fatigué de confesser, qu’il a interrompu et voulu partir, mais que les gens l’ont fait revenir ! Le nombre de confessions est un indicateur suffisant de la présence de Dieu ici. Incroyable. Pour moi, c’est ça, Medjugorje.

Les apparitions de la Vierge ne sont pas un problème pour moi. En fait, c’est une question de foi. Nous ne pouvons forcer personne à croire ni à être pieux. Le plus que nous puissions faire, c’est de rendre témoignage par notre propre exemple. C’est la liberté que Dieu nous a donnée à tous. Il faut que nous répondions avec notre foi et par amour.

Le message fondamental de Medjugorje est absolument solide. Nous vivons en l’an 2002, mais les gens sont encore aujourd’hui fait d’un corps et d’une âme, et nous portons tous des traces du péché originel. Nos besoins sont les mêmes que ceux de l’époque des apôtres et ceux de toutes les époques. Nous sommes enfants de Dieu et nos besoins sont aussi grands que ceux d’autres générations. C’est pourquoi le message doit être le même ! Nous ne pouvons pas sans Dieu. C’est ce qui est magnifique à Medjugorje. C’est une oasis de Dieu, c’est la vie de l’Eglise comme elle devrait l’être. La tradition n’est pas un vilain mot, bien que – pour certains – il peut le paraître ! La vie d’un prêtre consiste à faire revenir les gens à Dieu, les gens qui se sont égarés, car ils ont pensé que la foi n’avait pas d’importance. Rendons grâce à Dieu de nous donner des endroits comme celui-ci. J’étais ailleurs, mais Medjugorje est une lumière resplendissante pour notre temps. »

Decembre 2002

Cardinal Schönborn, archevêque de Vienne, au sujet de Medjugorje

Le 1er décembre 2002, dans sa Catéchèse donnée à la cathédrale de Vienne (Autriche), le cardinal Schönborn a dit au sujet de Medjugorje :

« Je ne voudrais pas me prononcer au sujet de Medjugorje du point de vue d'un jugement ecclésiastique. Mais je ne peux constater qu'une chose, toujours et toujours, que cela est, à l’évidence, un lieu missionnaire intensif du Ciel, où des milliers de personnes, trouvent la prière, la confession, la conversion, la réconciliation, la guérison et une foi plus profonde. »

 

 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]