Langue 

Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité

www.medjugorje.ws » PDA version » Medjugorje Articles et Actualités » Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje » Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - II - Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - II

Visite d'un Evêque d'Allemagne

Mgr Franziskus Eisenbach, évêque auxiliaire de Mainz, s'est rendu à Medjugorje du 18 au 23 mars.

Il a déclaré :

" Je suis venu en pèlerin, car je voulais connaître Medjugorje et y prier. Je connais et suis les événements de Medjugorje depuis de longues années. Je voulais venir depuis longtemps, mais j'attendais un signe pour prendre cette décision. Cette fois-ci, j'étais personnellement invité et c'est pourquoi je suis venu. Ma première impression, c'est que l'église est toujours pleine, pour toutes les messes, surtout pour l'adoration. Il est bien évident que de nombreux fidèles ont compris que c'était un lieu tout particulier de prière. L'expérience de nombreuses personnes dit que leur prière personnelle, portée par l'expérience de la prière commune, s'y améliore. Je connais de nombreuses personnes dont la foi a été renouvelée à Medjugorje et qui y ont réappris à prier. Maintenant, j'ai pu personnellement voir comment Medjugorje y contribue. Une autre expérience, très importante pour moi, est la suivante : ici, on ne se contente pas seulement de prier ; la prière porte des fruits au service de l'homme, particulièrement de l'homme en détresse. J'ai été très heureux de connaître le " Village de la Mère " où les mères avec leurs enfants, les enfants abandonnés et les orphelins de guerre trouvent un refuge. Tout est relié par un grand jardin d'enfants où les enfants des familles bien portantes rencontrent ceux qui, pour diverses raisons, ont été privés d'une famille normale. J'ai vu que les enfants abandonnés y ont l'occasion d'apprendre à vivre, et c'est très important. J'ai également été très impressionné par la communauté de sœur Elvira où les personnes dépendantes de la drogue et d'autres maux trouvent un refuge et la guérison. J'ai célébré avec eux la messe et participé à la prière du matin. C'était si beau de voir la force avec laquelle ils prient et participent à la messe. J'ai compris que la principale méthode de guérison consiste dans l'approfondissement de la foi et dans l'expérience de la vie commune à travers la prière et le travail.

Il était également très important pour moi de mieux connaître l'action de Parrainage des enfants orphelins de guerre, soutenue par de nombreuses familles d'Allemagne qui subviennent mensuellement aux besoins des familles et des enfants. Ces actes d'amour en faveur des personnes en détresse manifestent que Medjugorje est porté par un vrai esprit de prière. L'amour de Dieu exprimé dans la prière porte des fruits manifestés dans le souci pour le prochain.

Je voulais absolument mieux comprendre le phénomène même des apparitions, c'est pourquoi j'ai voulu rencontrer ceux qui témoignent de leurs expériences et affirment voir la Vierge. J'ai rencontré une voyante, je lui ai parlé et j'étais présent à l'apparition. Ma première rencontre avec Marija a eu lieu dans sa maison : je l'ai trouvée au travail, dans le jardin, chaussée de bottes de caoutchouc. C'est une femme tout à fait normale, mère de trois enfants. Dans la conversation, j'ai compris qu'elle était très éveillée, qu'elle savait poser des questions et parler de ses expériences, qu'elle savait bien discerner entre le bien et le mal. Elle m'a invité à participer à la prière dans sa maison, lorsqu'elle se préparait pour la rencontre avec la Gospa, comme depuis déjà plus de 18 ans. Nous avons prié dans l'oratoire de sa maison où un certain nombre de personnes étaient rassemblées. Nous avons prié le chapelet en diverses langues en attendant le moment de l'apparition. A un moment donné, Marija nous a dit que le moment de l'apparition approchait et, après une prière qu'elle animait elle-même, elle est restée en silence. Nous savions tous que c'était le moment où elle voyait la Gospa. Après l'apparition, elle nous a dit que la Gospa avait prié sur nous tous et qu'elle avait béni tout le monde. Une nouvelle fois, elle nous a appelés à prier. La rencontre avec Marija m'a montré qu'elle était une jeune femme tout à fait normale, qu'elle vivait pleinement dans la réalité et qu'elle s'occupait bien de ses enfants. J'ai vu qu'elle avait une bonne relation avec sa famille et avec les pèlerins. Elle est simple et naturelle, claire et compréhensible lorsqu'elle parle de ses expériences. Je peux dire que c'est une femme à qui l'on peut accorder foi, une femme authentique, et c'est pourquoi je ne trouve aucune difficulté à croire en ce qu'elle dit, plus précisément en ce qu'elle voit, et à croire que c'est vrai. C'est pour moi une expérience très importante, car j'ai tiré la conclusion que ce lieu de prière était fondé sur l'expérience donnée à ces jeunes gens, expérience transmise d'une manière convaincante.

A Medjugorje, Marie est vénérée comme la Reine de la Paix. Ce nom et ses exigences auraient dû préparer le monde aux terribles expériences de la guerre. Dix ans après la première apparition, la guerre en Croatie et en Bosnie-Herzégovine a éclaté. Medjugorje est un lieu où l'on prie sans cesse pour la paix. Le message de Medjugorje pour le monde entier est clair : il faut dépasser les guerres et les conflits par la puissance de l'amour. On a l'impression que toutes les dimensions de l'homme sont touchées à Medjugorje : le cœur, l'âme et le corps. Ici, toute la personne est saisie par la prière et les lieux de prière. Dans ce sens, Medjugorje porte un message pour toute l'Eglise : permettre à Dieu et à la Gospa de toucher toute notre réalité humaine, permettre à Marie de nous donner son amour et apprendre ainsi à prier de tout cœur. C'est pourquoi je peux dire que personne ne doit craindre Medjugorje, bien que ce lieu n'ait pas encore été officiellement reconnu dans l'Eglise. Ici, on prie vraiment de telle manière que la personne se met en route. C'est pourquoi les foules viennent ici pour apprendre à prier. Je souhaite que ce message et cette expérience soient transmis en Allemagne, car nous, les allemands, sommes portés davantage au raisonnement qu'aux sentiments. Ici, il s'agit d'un message adressé à toute la personne, message dont nous avons vraiment tous besoin.

Visite de l'Êvêque des Caraïbes

Comme nous l'avons annoncé dans le Bulletin N° 137, Mgr Robert Rivas s'est rendu au mois de février à Medjugorje en visite privée. De nombreux pèlerins se rendent à Medjugorje, parmi eux de plus en plus de prêtres, de religieux et de religieuses, et naturellement de plus en plus d'évêques. Selon la Déclaration de Zadar d'avril 1991, les évêques suivent les événements de Medjugorje pour savoir où se rendent leurs fidèles. A l'occasion de sa visite d'une dizaine de jours à Medjugorje, nous avons parlé avec Mgr Robert Rivas, évêque de St. Vincent et des Grenadines aux Caraïbes. Nous le remercions pour sa disponibilité et le témoignage qu'il a donné au père Slavko Barbaric, dont nous publions ici des extraits :

SB : Monseigneur, voudriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

RR : Je m'appelle Robert Rivas. Je suis né en juin 1946 à Trinidad - Tobago. A l'âge de 18 ans, je suis entré dans l'Ordre des Dominicains. J'ai fait mon noviciat et commencé mes études de théologie en Irlande. Je fus ordonné prêtre en 1971, après quoi envoyé à Rome pour faire une licence de théologie à l'Angélicum.

J'étais très intéressé par le travail à la radio et à la télévision, et avais également fait en Irlande des études de communication. Lorsque, après presque neuf ans d'absence, je suis revenu à Trinidad, mes supérieurs m'ont dit qu'en raison de ma longue absence je devais d'abord me familiariser avec les problèmes actuels du pays. Pendant sept ans, j'ai servi dans trois différentes communautés paroissiales, puis pendant deux ans comme directeur du Service de communication. Pendant 10 ans, je fus maître des novices, et en même temps, 6 ans père spirituel des étudiants. Ensuite, on m'a demandé d'organiser et de faire grandir dans les Caraïbes les communautés dominicaines : il y en avait six, mais la Province n'était pas encore établie. J'ai travaillé à cela pendant 4 ans, et puis je fus nommé évêque de St Vincent, une île dans les Caraïbes.

SB : Quand et comment avez-vous entendu pour la première fois parler de Medjugorje ?

RR : Trinidad est très en lien avec Medjugorje depuis les premiers jours des apparitions. Alors que j'étais encore prêtre, des pèlerins m'ont invité à venir à Medjugorje. Ce n'est qu'en 1988 que j'ai répondu à leurs appels. J'étais très heureux et content de ma première visite à Medjugorje, car j'ai vu un renouvellement de la foi et de la mise en pratique de la foi chez les pèlerins. Une des grâces particulières de Medjugorje, c'est que les prêtres qui accompagnent un groupe vivent leur ministère sacerdotal en se rendant disponibles pour les confessions et les entretiens. La plus grande grâce de Medjugorje est précisément la confession. Les pèlerins qui se rendent à Medjugorje deviennent engagés dans leurs paroisses, dans la vie de prière et dans la vie sacramentelle, dans les activités paroissiales en général. A cause de tout ce que j'ai vu chez mes fidèles, je dois dire qu'il y a ici une intervention spéciale de la grâce de Dieu et que Marie est présente. Je crois vraiment que Marie parle ici.

SB : Qu'est-ce qui vous a convaincu le plus et vous a aidé à accepter Medjugorje ?

RR : Je dois redire : Ce sont les pèlerins qui ont commencé à changer leur vie et qui ont pris ici la décision de vivre leur foi.

SB : Vous venez pour la deuxième fois à Medjugorje, cette fois non comme prêtre mais comme évêque. Que pouvez-vous dire en tant qu'évêque ?

RR : J'ai décidé de passer mon temps en silence et de rester incognito. Je voulais faire ici ma retraite et rester en silence, mais les pèlerins m'ont recherché pour les confessions, et j'ai également prêché. J'ai compris que mon rôle en tant que prêtre avait changé. J'étais particulièrement touché par l'amour des fidèles envers un évêque. Qui aime l'évêque, aime l'Eglise. L'Esprit Saint est à l'œuvre ici. La Vierge agit ici. Personnellement, je désire toujours être sous Sa protection.

SB : Voudriez-vous donnez un message à partir de Medjugorje ?

RR : Ce que je cherche à vivre dans ma vie, c'est la simplicité. Je pense avoir appris la simplicité dans la souffrance de ma vie sacerdotale, et j'ai grandi dans l'amour profond de Dieu, de la Vierge, de l'Eglise et dans un abandon total au Christ. Tout ce que je veux, c'est faire la volonté de Dieu et l'œuvre de Dieu. Mon message à la communauté paroissiale, aux voyants, aux prêtres de la paroisse et à tous les pèlerins, c'est d'offrir leur vie totalement à Dieu pour être libres à aimer ; que l'Evangile soit vécu dans toute sa simplicité et sa beauté. Je voudrais que nous comprenions tous que le Christ est le Roi de notre vie. Nous, les catholiques, devons être capables de montrer au monde la beauté de notre foi, avec l'aide de la Gospa. Je dirais à tous de venir à Medjugorje, car ici ils pourront approfondir leur foi en l'Eglise et en la Vierge et devenir ainsi de bons témoins de la Bonne Nouvelle. La bonne nouvelle de Medjugorje, c'est la paix.

SB : Merci pour cet entretien, nous restons en communion de prière avec vous…

Visite d'un Evêque du Bresil

Mgr Joao E.M. Terra, évêque auxiliaire de Brasilia (Brésil) s'est rendu en visite à Medjugorje du 3 au 5 mars. C'est son deuxième séjour à Medjugorje.

Visites et Declarations des Eveques

Dans le Bulletin N° 129, nous avons annoncé des visites d'évêques qui se sont rendus à Medjugorje fin octobre. Dans ce numéro, nous publions leurs impressions.

Après quelques jours à Medjugorje, Mgr Stanislas Lukumwena du Congo a déclaré :

" Le premier matin, dès mon arrivée, je suis allé prier sur la Colline des Apparitions. J'étais très impressionné, car j'y ai rencontré plein de gens recueillis en profonde prière. Mon expérience du Programme du soir suivi par tant de fidèles a été également importante. Des personnes de divers pays parlant diverses langues m'ont donné l'occasion de ressentir une profonde et inexprimable joie. Je suis venu en visite privée, j'accepte officiellement la position de l'Eglise, et pourtant, l'expérience personnelle est autre chose. En ce qui me concerne personnellement, je considère que tout ce qui se passe ici, surtout les grandes foules de pèlerins, ne peut s'expliquer autrement que par une intervention spéciale de Dieu. A propos de l'authenticité des apparitions, nous devons laisser le jugement à ceux qui sont appelés à cette tâche dans l'Eglise. Personnellement, je prie que la reconnaissance vienne le plus vite possible. La Gospa nous a toujours dit de prier pour la paix. Aujourd'hui, le monde est divisé, il n'y a ni paix ni amour. J'appelle tout le monde à prier fortement et humblement que la paix vienne à tous les hommes. Je conseille à toutes les communautés qui manquent de vocations de venir ici, de vivre et de prier dans cet esprit, et elles auront certainement des vocations. A vous tous qui vivez ici, je voudrais dire : continuez à travailler comme vous le faites, dans l'esprit de saint François, avec dévouement et humilité. Continuez à espérer, car le moment de la reconnaissance viendra et alors nous serons tous dans la joie. "

Mgr José de Jesus Nunez Viloria, évêque de Guyane (Venezuela), est venu du 24 au 28 octobre 1999, lui-même en pèlerin, avec un groupe de pèlerins. Il a déclaré :

" Après ces quelques jours passés à Medjugorje, je retiens des impressions très positives. Pour moi, il est clair que quelque chose de très fort et de surnaturel se passe en ce lieu. Autrement, ces événements ne pouvaient durer si longtemps et se répandre dans le monde entier. Je sais que de plus en plus de personnes viennent du monde entier, que les gens y prient beaucoup et qu'ils se convertissent. C'est une grande réalité surnaturelle dont les faits témoignent. Les voyants transmettent simplement ce que la Gospa leur dit, et il s'agit d'appels bibliques : la paix, la réconciliation, la prière, le jeûne, que les fidèles accueillent et continuent à vivre. Lorsque j'ai écouté une des voyantes, j'ai vu que certains pèlerins étaient animés par la curiosité, mais elle répondait très simplement. Elle ne pouvait transmettre que ce que la Gospa lui disait, d'autres questions devaient être posées aux prêtres. Mon impression est très positive au sujet de tout ce qui se passe ici. J'aime tout particulièrement le programme du soir, le chapelet, la messe et l'adoration. C'est un vrai chemin de conversion.

Je voudrais vous dire fraternellement : soyez patients avec les gens qui viennent. Ils arrivent de loin, ils ne savent pas tout. Il faut toujours les écouter avec patience et les aider dans la mesure du possible. Je dirais aux voyants, aux prêtres et aux pèlerins : accueillez Marie qui nous aide aujourd'hui d'une manière particulière à approcher le Christ, le seul Médiateur et le seul Sauveur. Du haut de la Croix, Jésus lui a dit : " Voici ton fils ", mais il a également dit au disciple : " Voici ta Mère ". Je suis convaincu que c'est la raison des apparitions, celle qui donne à Marie le droit duquel procède le devoir d'apparaître et de nous aider. Notre devoir à nous est de l'accueillir. Ce qui est annoncé ici est le cœur de l'évangile, c'est pourquoi il faut l'accepter. Il s'agit du renouveau de la vie selon l'évangile. L'esprit de piété et de ferveur si évident ici peut vraiment être au service de la nouvelle évangélisation. Je me confie moi-même, tous les prêtres et le monde entier à vos prières, et je m'engage à prier pour tous. "

L'avant-dernière semaine d'octobre, Mgr Emilio L. Bataclan, évêque des Philippines, s'est également rendu à Medjugorje. Avant son départ, il a déclaré :

" Je crois que la Gospa apparaît ici. Elle est une mère et elle s'occupe de nous. Je crois qu'elle est toujours avec ses enfants, surtout lorsqu'ils doivent souffrir, lorsqu'ils ont tant de problèmes. Croire que la Gospa est ici ne me pose aucun problème, car le " sensus fidelium " (le sentiment du peuple) me dit le premier que Marie est ici. Mes 25 ans d'expérience comme prêtre, curé et évêque m'aident également à reconnaître des signes de la présence de Marie qui s'occupe de ses enfants. Je voudrais dire à tous : Marie est une mère aimante et elle doit vraiment venir dans ce monde. Elle vient et elle nous dit ce que nous devons faire, car elle s'occupe de nous. J'espère que le monde ouvrira son cœur et son âme à cette bonne mère. Prions pour la grâce que tous les cœurs s'ouvrent. Prions les uns pour les autres. Que Dieu vous bénisse tous ! "

Les Eveques en Visite a Medjugorje

Au mois d'octobre, cinq évêques se sont rendus en visite privée à Medjugorje : Mgr Joseph Mugeny Sabiti et Mgr Christopher Kakooza d'Ouganda, Mgr Stanislas Lukumwena du Congo, Mgr José de Jésus Nunez Voloria, évêque en retraite du Venezuela, et Mgr Emilio L. Bataclan des Philippines.

Dans ce numéro du Bulletin de Presse, nous publions les impressions des deux évêques d'Ouganda.

Mgr Joseph Mugeny Sabiti : " Rien ne pose problème ici. Ce qui se passe à Medjugorje est véridique et très fort. On y voit des pèlerins du monde entier. Nous vivons une époque toute particulière. A travers ce lieu, Dieu nous donne des grâces particulières. Les personnes qui éprouvent des difficultés avec leur foi devraient venir ici, à Medjugorje. Medjugorje est une chance, un privilège, un don tout particulier que Dieu nous accorde par l'intermédiaire de la Bienheureuse Vierge Marie, afin de nous aider. Le monde est dans une situation exceptionnellement difficile et il est bon d'avoir des lieux comme Medjugorje. Les guerres, les divorces, la drogue et autres dépendances sont mauvais. Nous avons besoin d'un lieu où nous pouvons apprendre le vrai amour, la paix véritable et la vraie foi. C'est pourquoi ce qui se passe ici ne prête aucunement à confusion. L'expérience que l'on fait ici est plus forte qu'ailleurs. Les gens qui vivent ici sont habités par l'esprit de prière. Je pense que les hommes qui guident l'Eglise devraient venir ici et faire l'expérience de ce lieu. Ce lieu peut aider tout le monde à mieux vivre et à conduire les autres vers le bien et vers Dieu.

Mgr Christopher Kakooza : " La Bienheureuse Vierge Marie apparaît à de nombreux endroits. Ses appels à la compassion, à la prière, à la pénitence sont importants. Les appels de la Gospa à la sainteté de notre vie, à la conversion, à la vie avec Dieu sont des appels qui peuvent nous obtenir la vie éternelle. Je pense que la conversion et la prière sont des messages que le monde entier devrait faire siens pour revenir à Dieu. C'est ainsi que l'on ouvre le chemin vers l'éternité. "

 

 

PC version: Cette page | Medjugorje | Apparitions  | Messages  | Articles  | Galerie[EN]  | Medjugorje Videos[EN]